Je procrastine pas, j’infuse

procraJ’ai eu le plaisir de participer récemment au médialab (atelier-laboratoire organisé par Médiadix, un vil repaire d’infâmes bibliothécaires !!) :  « On ne vas pas en faire tout un sketch ». Cet atelier, animé par Magalie Le Gall et Perrine Cambier-Meerschman, m’a permis de découvrir et parfois de poser un nom sur des techniques de pensée visuelle que j’utilise déjà un peu régulièrement dans mon travail, même si je préfère quand même l’anarchie graphique en général (c’est mon côté punk).

anarchie graphique

Tout en faisant le point sur la boîte à outil de la pensée visuelle : mindmap, carte heuristique, sketchnote, story-board, kanban, etc. nous avons pu discuter de leur place dans les environnements de travail et du fait qu’ils ne devaient pas être l’apanage du ou de la créatrice de service : celle (ou celui) qui fait des petits dessins ou du scrapbooking : des choses jolies quoi (scrogneugneu) pour se faire plaisir, pour passer le temps.

creatif

Oui, bon en plus on avait droit à des beignets au chocolat, je n’ai pas pu résister…

Le point central de ces deux jours de formation, était de s’initier au sketchnoting :

sketcnote1

sketcnote2

Découvrez le sketchnoting par Magalie Le Gall

De s’approprier une technique et une méthodologie relativement simples. Relativement, car il s’agit d’un côté de faire ses gammes : avoir un répertoire de pictogrammes disponibles (pour le sketchnotes notamment) et que l’on développe régulièrement, c’est du travail. De plus, cette technique demande à développer son esprit de synthèse. En effet, lorsque l’on assiste à une conférence, à un cours, on a souvent envie de tout noter, de peur d’oublier quelque chose de précieux. Le sketchnotes ou croquinotes demande un recul, une synthétisation pour que la traduction visuelle soit possible.

Synthèse, mémorisation, un indéniable aspect ludique, le sketchnotes a vraiment du bon pour faciliter la prise de note et la mémorisation. Il existe pour moi une ambiguïté sur le partage de ce genre de prise de notes. Certaines sont un moyen de médiation et sont donc destinées a être partagées dans un espace-temps déterminé et d’autres sont beaucoup plus personnels et peu lisible pour l’extérieur.

En tout cas, et je retiendrais cela :on n’est pas obligé de faire joli, tant que l’on fait clair !

Pour un billet qui devait parler de procrastination et de créativité, c’est raté. Ce sera pour une prochaine fois !

Publicités

Une réflexion sur “Je procrastine pas, j’infuse

  1. Pingback: À l’arrache : un chronodex (ce truc, proche du spiraldex, mais ça ne vous parle peut-être pas plus ?) | Meunier tu dors ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s